Prendre un aller simple

Les jambes qui fourmillent, l’excitation qui naît quelque part derrière le nombril.

L’envie de partir, de découvrir, de vivre l’intensité des moments à venir.

Grimacer à l’idée de prendre l’avion mais compter les jours avant le décollage.

Penser l’aventure, fignoler les détails, avoir déjà envie de se perdre dans la folie des voyages.

Ne pas savoir quand on va revenir et s’imaginer déjà repartir.

Embrasser cette soif d’ailleurs, appréhender les au revoir, se réjouir de la vibration du départ.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :