La douleur

Avancer plié en deux, les mains là où ça fait mal. Se sentir fragile, vulnérable.

La dame tristesse, l’ombre invisible. Elle est sournoise, épuisante, interminable. Embêtante, entêtante. Méprisable.

Sourde, elle veille. Foudroyante, elle paralyse. Le quotidien change, la vie se réorganise. Elle prend toute la place, occupe tout l’esprit.

Qu’y-a-t-il de plus terrible, de plus réel ? Rien n’emplit nos sens comme elle.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :