Le chant des souvenirs d’antan

J’ai rencontré aujourd’hui une femme qui dans une autre vie,
A eu le corps d’une feuille frêle, peut être d’un colibri.

Elle marchait par petits pas, légers et bondissants.
Derrière elle ses bras voletaient, immobiles et ballants.
Alors que ses yeux de tous côtés, partout étaient attirés,
De ses lèvres sans cesse s’élevait un sifflement discret.

Elle portait en son cœur le souvenir d’un regret,
D’un temps où elle avait des ailes, où elle savait voler,
L’infime écho d’une vie à moitié oubliée,
Car l’âme d’un oiseau ne s’efface jamais.

 

Un commentaire sur “Le chant des souvenirs d’antan

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :